defiscalisation

Investissement immobilier : loi Malraux versus loi Pinel

Investir dans la pierre est toujours intéressant dès qu’un montage fiscal est mis en place. Par exemple la fameuse loi Pinel et la loi Malraux. Dans les deux cas, vous vous engagez dans la mise en exploitation de l’immobilier en tant que logement principal du locataire. Quelles sont les caractéristiques de ces deux outils de défiscalisation, et à qui sont-ils recommandés ?

La loi Malraux : investir dans l’immobilier classé patrimoine historique

Si vous êtes séduit par l’immobilier ancien et classé patrimoine historique, vous pouvez opter pour la loi Malraux qui propose jusqu’à 30% de réduction d’impôt. Comment ça marche ?

Vous achetez un bien ancien appartenant à la catégorie susmentionnée, que vous vous engagez à faire louer sous ce dispositif pendant une période ferme de 9 ans. L’immobilier doit être situé dans une ZPPAUP (zone de protection du patrimoine architectural urbain et paysager) : la réduction d’impôt est de 22%. Si l’immobilier en revanche est implanté en plein centre-ville, la défiscalisation est de 30%.

L’avantage de la loi Malraux, c’est l’absence de contraintes telles que le respect des plafonds de loyers et de ressources du locataire, contraintes que l’on retrouve avec la loi Pinel. De plus, une fois la période de 9 ans échue, vous pourrez revendre le bien si vous le souhaitez, avec la possibilité d’empocher une plus-value très intéressante par rapport à l’emplacement et à la valeur historique du bien.

En ce qui concerne vos obligations, vous devez impérativement rénover le bien suivant les normes requises, et toujours sous la supervision d’un architecte des bâtiments de France. Vous ne pouvez pas mettre votre bien en location aux membres de votre famille cependant, comme c’est le cas pour la loi Pinel.

La loi Pinel : investir dans l’immobilier neuf dans les zones tendues

Les biens éligibles à la loi Pinel sont des biens classiques mais obligatoirement situés dans les villes à forte demande locative. C’est pourquoi, on parle de zone A Bis (Paris et ses environs), A (les grandes agglomérations), B1 (les communes de plus de 250 000 habitants). Le but est de permettre aux demandeurs de logement implantés dans ces zones tendues d’accéder à l’immobilier neuf. C’est pourquoi, la loi Pinel exige que le loueur se conforme aux plafonds de ressources du locataire, ainsi qu’aux plafonds de loyers.

La réduction d’impôt varie selon la durée d’engagement que vous choisissez : 12% (6 ans), 18% (9 ans) ou 21% (12 ans).

Investir dans des biens de petite surface

Que ce soit pour un placement Pinel ou Malraux, il se révèle judicieux de choisir des biens de petite surface :

  • afin de rentabiliser l’activité par rapport aux exigences se rapportant aux loyers (Pinel)
  • afin d’échapper à des charges alourdies dans le cadre des travaux de remise aux normes (Malraux)
  • dans le but de pouvoir revendre plus facilement le bien si vous décidez de ne plus le conserver à l’issue de la période d’engagement. Les spécialistes conseillent néanmoins de continuer à faire louer ces biens au-delà de l’expiration de ces dispositifs fiscaux, la rentabilité étant toujours très attractive pour une mise en location classique.

Bénéficiez des conseils des professionnels ainsi que des mises en garde sur les risques et rendez-vous sur defiscalisezmoi.com.

Et si vous investissiez dans les produits pierre-papier ?

Vous pouvez très bien profiter de tous les avantages de la loi Pinel et de la loi Malraux en investissant dans les célèbres SCPI : sociétés civiles de placement immobilier. Vous êtes allégé de toutes ces contraintes : choix de l’emplacement du bien, choix du locataire, calcul des loyers, travaux de rénovation. C’est une société de gestion agréée en effet qui prend tout en main pendant que vous percevez les revenus locatifs en toute tranquillité d’esprit.